Redoutable paternité (Guy Gilbert)

Publié le par JCL

... / ... Comme tout loubard qui se respecte, il avait, en un quart d'heure, tout repéré : l'intérieur de la maison, le jardin... et le poulailler. Il entre peu après avec une des poules qu’il caresse tendrement. Il a remarqué une légère coupure auprès de sa crête. Tout de suite, il établit un plan Orsec : le Samu, pansement, bande, etc. Je le convaincs qu’un peu de mercurochrome fera l’affaire. Il accepte.

Avec des gestes très doux, il soigne la poule éberluée de tant de délicatesse.

Et pourtant, Yann est d’une violence rare : insultes à mes adjoints et tension permanente dans ses rapports avec les autres jeunes. À base évidemment de «n... t. m...», «p..é» et autres amabilités qui entretiennent, comme chacun sait, cette atmosphère harmonieuse caractéristique de la banlieue dont il est issu.

D’un seul coup, la tête appuyée sur celle de la volaille, il me montre sur son crâne rasé des traces de coupures, qu’il me commente d’une voix neutre :

-Ça, c’est mon père avec un couteau... Ça, c'est ma mère avec une fourchette.

Je comprends pourquoi la juge lui a interdit de revenir dans le nid familial. Je ne dis rien. Les yeux de Yann, je le sais bien, ont cherché en moi, dès les premiers jours, le père rêvé, fort et tendre. Cette paternité, je dois l'assumer. C’est mon métier. Et, plus haut que mon métier, c’est le sens donné à ma vie de célibataire. Sans jamais être leur père, que je respecte et que je tente de leur faire retrouver (un jour souvent lointain), je dois assumer ce qui les aidera à être un jour adulte : une image forte, positive, solide, aimante. ... / ...

(Guy Gilbert, le Prêtre éducateur – extrait de son ouvrage « Ma religion, c’est l’Amour »)

------------------------------------------------------------

Redoutable paternité (Guy Gilbert)

Commenter cet article