Muscle et psychologie

Publié le par JCL

Muscle et psychologie

Après avoir consolidé la Santé, et sculpté la Beauté des formes, ils tendent à développer la Cérébralité. Mieux que l'école, ils éveillent les facultés supérieures du mental. Tout d’abord, le “bon sang” fait le “bon sens”. Chacun le sait ; c’est un problème de nutrition cérébrale correcte. Les muscles, avons-nous dit, contribuent à cette nutrition. Nous n’y reviendrons pas.

Un autre point important est que le “cerveau cortical” est sans cesse sollicité par des idées sans valeur. Nous sommes au temps de l’énervation plus que de la méditation. Bruits, lumières artificielles, obsessions, soucis, idées fixes futiles accablent notre esprit, et gaspillent l’énergie nerveuse emmagasinée dans la substance blanche du diencéphale et des plexus. Angoisse et insomnie sont le lot des civilisés. Notre civilisation, dont la complexité croît à mesure qu’elle se développe, est, sur ce plan, une folie, dont chacun est conscient.

Pour échapper à l’usure nerveuse, le repos mental par dérivation musculaire (ou relaxation gymnique), en économisant nos dépenses, est le meilleur moyen.

De plus, le muscle, correctement entraîné, se comporte comme une “dynamo”. Il apporte un surplus d’influx nerveux aux accus humains, déjà entretenus par l’air pur, le soleil, l’eau vive, la terre fraîchement remuée, et les aliments crus / ...

(PVM - Enseignement de la naturopathie)

<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Formation en naturopathie ici >> cours dès le mois de juin 2020

-------------------------------------------

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article